La perte auditive

Environ 16% de la population mondiale serait atteinte de perte auditive, représentant près d’un milliard de personnes. La perte d’audition se caractérise par des difficultés croissantes à entendre, interpréter et comprendre les sons qui nous entourent. Quelle soit légère, moyenne, sévère ou profonde, une perte auditive peut rapidement placer la personne en situation de handicap (sensoriel comme social). La perte d’audition est généralement liée au vieillissement (près de 9 cas sur 10), mais il existe de nombreuses causes et facteurs pouvant déclencher, voire aggraver une baisse d’audition.

Les degrés de perte auditive et les symptômes de surdité

Degré de la perte Seuil en DB Symptômes, conséquences
Audition « normale » de 0 à 20db Vous n’éprouvez aucune difficulté particulière, en milieu calme ou bruyant.
Perte légère 20 à 40db Vous avez des difficultés à percevoir les voix faibles ou lointaines et les conversation, surtout lorsque vous êtes en milieu bruyant.
Perte moyenne 40 à 70db La perception des paroles devient difficile, il faut que celles-ci soient fortes pour que vous puissiez les comprendre aisément. Vous avez tendance à augmenter le volume de la télévision, radio, mp3… Suivre une conversation en groupe devient très compliqué et fatiguant.
Perte sévère de 70 à 90db Vous n’entendez pas les paroles, à moins que celles-ci soient fortes ou proche de vous. Il est très difficile pour vous de suivre une conversation, voire impossible si vous n’êtes pas équipé d’aides auditives. Certains sons forts restent audibles.
Perte profonde 90db et + La plupart des sons devienent imperceptibles, quel que soit l’environnement d’écoute. Vous n’arrivez pas à communiquer, suivre une conversation est impossible sans appareil auditif, certains sons extrémement forts restent toutefois audibles.
Surdité totale 120db Aucune capacité d’audition mesurable.

On distingue plusieurs niveaux ou degrés de surdité, auxquels sont associés plusieurs symptômes et conséquences qui doivent alerter :

Le test auditif audiogramme pour détecter la perte auditive

Pour avérer l’existence d’une déficience, il est impératif de consulter un médecin ORL qui sera en mesure d’effectuer un bilan auditif (audiogramme). Ce diagnostic permet de détecter une perte de l’audition et d’agir en connaissance de cause. Vous pouvez également passer un test auditif gratuit chez un audioprothésiste, comme dans nos centres à Paris et Lyon. Pour autant, seul un examen médical dispensé par un médecin ou un spécialiste ORL pourra vous confirmer la nécessité de mettre en œuvre un traitement ou d’explorer certaines pistes médicales à exclure.

Suivant les résultats de votre bilan audiométrique nos audioprothésistes vous conseilleront les appareils les mieux adaptés à votre forme d’oreille ainsi qu’à votre budget.

Les causes d’une perte de l’ouïe

La presbyacousie

Avec l’âge, le système auditif se dégrade et des problèmes d’audition peuvent naître. Les cellules ciliées de l’oreille interne disparaissent progressivement, provoquant une baisse des capacités auditives. Ce type de surdité, appelée Presbyacousie, est dite naturelle. Elle touche principalement les personnes âgées de plus de 50 ans. Celle-ci s’apparente à la presbytie (baisse de l’acuité visuelle liée à l’âge). Généralement, ce sont les fréquences aiguës qui sont particulièrement affectées, entrainant des difficultés de compréhension de la parole. Il s’agit du cas de surdité le plus fréquent, représentant près de 9 cas sur 10.

Traumatisme auditif

Une perte d’audition peut survenir à la suite d’un traumatisme sonore qui résulte souvent d’un risque auditif. Cette déficience auditive est due à une exposition ponctuelle ou fréquente à des bruits d’une intensité excessive, provoquant une stimulation abusive des cellules ciliées présentes dans la cochlée (oreille interne). On distingue deux types de traumatismes sonores :

  • Le traumatisme aigu, provoqué par une exposition brève (détonation, concert…)
  • Le traumatisme chronique, provoqué par une exposition répétée au bruit (exposition au bruit au travail, écoute répétée de musique au casque…)

Un traumatisme sonore se caractérise par une perte importante sur une plage de fréquences correspondant au son responsable du traumatisme, généralement situé aux alentours des 4 – 6kHZ. Le traumatisme peut également s’accompagner de l’apparition d’acouphènes (sifflements, bourdonnements), voire d’hyperacousie (hyper-sensibilité aux sons).

 

Le traumatisme sonore peut entrainer une perte auditive brutale et temporaire ou irréversible. Elle peut être unilatérale comme bilatérale. Au moindre symptôme (baisse de l’audition, sifflements, sensation d’oreille bouchée, vertiges, douleur), il est impératif de consulter rapidement un ORL. Le traumatisme sonore est une urgence médicale, plus vous attendrez et moins vous aurez de chance de réparer les dommages causés, qui deviendront ensuite permanents.

Causes médicales

Il est possible que des problèmes d’audition soient d’origine médicale. C’est le cas de certaines infections ou maladies qui ont pour effet d’endommager les nerfs de l’oreille ou le cerveau (rougeole, oreillons, méningite, scarlatine…). Ces causes médicales peuvent entrainer une perte soudaine ou progressive.

 

L’utilisation de certains médicaments (dits ototoxiques) peut également provoquer d’importantes lésions à l’oreille interne et faire partie des causes de surdité en cas de consommation excessive à court et long termes (antibiotiques : Aminoglycosides, Erythromycine, Vancomycine; anti-inflammatoires non stéroïdiens, Diurétiques, médicaments anticancéreux…).

 

Pour prévenir les risques, si vous avez des prédispositions à la surdité ou une perte auditive déjà existante, parlez-en à votre médecin lorsqu’il vous prescrit un traitement. D’autres raisons médicales peuvent expliquer l’apparition d’une perte auditive, comme des otites à répétition. Lors de votre prise en charge par un spécialiste, n’hésitez pas à insister afin que le praticien puisse explorer toutes les pistes les plus probables selon votre situation et votre passif médical.

 

Les conséquences d’une surdité

Comme dit précédemment, la perte auditive place la personne dans une situation de handicap, à plusieurs niveaux (physique, mental, social…). Le premier risque pour une personne malentendante est de progressivement s’écarter de la vie sociale et d’éviter au maximum les interactions avec son entourage (sorties entre amis, repas de famille, activités de groupe…). L’exclusion progressive des personnes atteintes de problèmes auditifs est une réalité qui ne doit pas être oubliée ni minimisée.

Plus généralement, on constate plusieurs conséquences à une perte auditive :

  • Conséquences physiques: fatigue, maux de tête, acouphènes, stress, hypertension, perte d’équilibre…
  • Conséquences psychologiques: dépression, difficultés à se concentrer, sentiment de honte, perte de confiance en soi…
  • Conséquences sociales: isolement et difficultés croissantes à communiquer

Les différentes typologies de perte d’audition

On distingue deux formes de perte de l’audition :

La surdité de perception

La surdité de perception est une perte de l’audition causée par une dégradation ou un dysfonctionnement de l’oreille interne. Elle se caractérise par une atteinte de la cochlée (cellules ciliées) ou des voies nerveuses chargées de transmettre les signaux au cerveau (ex : nerf auditif). C’est la partie dite sensorielle de l’audition qui est touchée. La perte de perception provoque généralement des difficultés à capter et comprendre la parole, sur les fréquences aiguës. Ce type de surdité nécessite généralement un appareillage auditif.

La surdité de transmission

La surdité de transmission, quant à elle, se caractérise par un dysfonctionnement ou une dégradation des voies de transmission du son à l’oreille interne. Elle touche donc soit l’oreille externe (conduit auditif), soit l’oreille moyenne (tympan, osselets). Ces pertes d’audition sont souvent résorbables (bouchon de cérumen, otite…) ou bien opérables (tympan percé, reconstruction des osselets, otospongiose…).

 

Les traitements possibles

L’appareillage auditif

Pour la grande majorité des malentendants, quel que soit le degré de perte auditive, la solution la plus adaptée est celle de l’appareil auditif. Il existe différents types d’aides auditives pouvant répondre à tous les degrés de problèmes auditifs, même profonds. Pour plus de renseignements sur les aides auditives et leurs spécificités n’hésitez pas à nous contacter, un audioprothésiste pourra vous informer et vous recevoir gratuitement.

Si vous avez le moindre doute concernant votre audition, nous vous conseillons d’effectuer rapidement un bilan auditif pour connaitre le degré de celle-ci. Nous recommandons à nos patients de s’appareiller le plus tôt possible car plus vite vous traiterez votre surdité, et plus les appareils auditifs vous apporteront satisfaction (rééducation auditive et apprentissage plus rapide).

Dans tous les cas, n’oubliez pas que l’achat d’appareils auditifs nécessite une prescription médicale obligatoire.

L’implant cochléaire

Pour les problèmes d’audition les plus importantes, il est parfois nécessaire de recourir à la chirurgie avec la solution de l’implant cochléaire qui passe par une insertion via le système du canal auditif. Cependant, il s’agit d’une opération lourde et réservée à une minorité. Dans le cas de surdité congénitale (naissance), elle est aussi possible chez l’enfant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *